31 octobre 2019 ... min. Écouter

Encore plus de liberté grâce à nos applications bancaires

ING s’efforce toujours d’optimiser ses applications bancaires, tant pour les appareils mobiles que pour les ordinateurs de bureau. À cet égard, les Chapter Leads Haritha et Wojciech de ont uni leurs forces sur le projet One Web/One App. Haritha travaille pour ING Pays-Bas et Wojciech pour ING Belgique. Pour assurer le lancement des nouvelles applications bancaires d’ING, ils ont dû traverser la frontière pratiquement au quotidien.

Vous travaillez ensemble sur le projet One Web/One App. De quoi s’agit-il ?

Nos tribus développent et gèrent les applications bancaires d’ING pour les appareils mobiles et les ordinateurs de bureau. Par le passé, ING exploitait différentes applications bancaires dans chaque pays. Mais la donne va changer. Dès lors, nos clients vivront la meilleure expérience qui soit. Le fait de n’avoir qu’une seule et même application pour la Belgique et les Pays-Bas leur apportera encore plus de liberté. Et c’est aussi notre devise, notre objectif !

Qu’entendez-vous par liberté ?

Nos clients devraient avoir la liberté d’effectuer leurs opérations bancaires n’importe où, n’importe quand, de n’importe quelle manière qui leur convient parfaitement. Mais cette philosophie ne concerne pas seulement les clients. Elle touche aussi l’environnement que nous voulons créer pour tous nos collaborateurs. Nous pensons que chacun doit être libre de travailler de la manière qui lui convient et de se libérer pour construire la carrière de ses rêves.

À quoi ressemblent ces tribus ?

Quelque 410 ingénieurs travaillent en étroite collaboration chez ING Belgique et ING Pays-Bas. Ils sont divisés en deux tribus avec 50 « chaptres » et environ 80 entités. Une tribu se concentre sur les applications de vente au détail numériques, l'autre sur les services bancaires numériques aux entreprises.

Les deux pays travaillent en étroite collaboration sur la plupart des projets, mais nous coopérons aussi avec d’autres pays et des externes. Notre méthodologie dépend des spécificités de chaque projet. Sur One Web/One App, par exemple, nous travaillons en étroite synergie avec des ingénieurs espagnols, indiens et roumains.

Nous avons ainsi toujours les bonnes personnes aux bons postes. L’important, pour nous, est de déployer l’application en tant qu’application combinée pour les deux pays, ce qui explique que chacun d’entre eux ait impliqué dès le début.

Est-ce une manière efficace de travailler ?

Oui, assurément. nous voulions que nos équipes apprennent à bien se connaître et s'assurent que tout le monde soit sur la même longueur d'onde. Cela a entraîné de nombreux voyages en train entre les deux pays. Nous avons toujours eu l'intention de passer des réunions à distance après un certain temps.

Covid 19 n'a fait qu'accélérer les choses à cette fin. C’est aussi efficace que travailler dans le même immeuble. Et vu que notre objectif consiste à lancer nos applications à l’échelle mondiale, il est très positif d’associer au projet des talents issus des quatre coins du monde.

Quel sont vos plus importants jalons dans ce projet jusqu’à présent ?

Nous avons d’abord lancé une version pilote de notre nouvelle application bancaire pour nos collègues et leurs familles en vue de la tester. Ce fut un grand pas en avant dans la finalisation de l’application, car nous avons pu suivre les commentaires que nous recevions et régler les derniers détails. Nous terminons maintenant le déploiement de la nouvelle application bancaire auprès de tous les clients en Belgique.

Quelles technologies vos ingénieurs utilisent-ils pour créer les applications ?

Les ingénieurs back-end travaillent avec Java 8 mais passerons bientôt à Java 11. Nous utilisons le framework Spring Boot et suivons un développement axé sur les tests. Nous avons également mis en œuvre des paradigmes de programmation fonctionnelle. Nous utilisons, en outre, Linux et les scripts shell.

Pour le front-end, nous travaillons avec Polymer et Web Components. Nous aimons donner à nos ingénieurs la liberté et la latitude nécessaires pour tester de nouvelles technologies qu’ING mettra peut-être en œuvre à l’avenir. En fait, nous venons de former une nouvelle équipe examine où et comment nous pouvons introduire de nouvelles technologies. En ce moment, nous explorons des options pour migrer vers les technologies cloud.

Quelles sont les prochaines étapes du projet One Web/One App ?

Nous lançons la nouvelle application bancaire en Belgique en ce moment même. Ensuite, nous la déploierons également dans d'autres pays. Et pourquoi pas partout dans le monde ? Bien sûr, nous continuerons à ajouter de nouvelles fonctionnalités et à améliorer celles existantes. En nous basant toujours sur les commentaires de nos clients. Et nous souhaitons également l'ouvrir aux services bancaires aux entreprises. Le travail n’est pas fini.

À propos d’Haritha

J'adore associer la technologie et le travail avec des personnes d'horizons et de besoins différents. Bien que cela demande une grande capacité  d'adaptation, ça me donne aussi beaucoup d'énergie.

De plus, ING se soucie de ses collaborateurs. La manière  dont  le coronavirus a été géré nous donne vraiment un sentiment de sécurité. Nous avons la liberté de proposer nos propres idées, d'apprendre et de grandir. Et nous trouvons encore du  temps pour célébrer les succès et s'amuser avec toutes ces personnes formidables.

À propos de Wojciech

Même en cette période du coronavirus, les équipes essaient de garder la bonne humeur et de rendre la collaboration à distance  amusante. A côté des réunions de travail, nous organisons des petits jeux ou des cafés virtuels.

J'aime aussi travailler de manière agile. Nous pouvons publier de nouvelles fonctionnalités et applications rapidement et progressivement. Ce qui rend le travail d’autant plus intéressant pour nous, les ingénieurs. Le travail est également très varié. Je combine le coaching avec l'amélioration de notre manière  de travailler sur des projets concrets. Chaque jour est différent !

Haut de page